Accueil > Ergonomie > L’environnement de travail

Les facteurs ambiants physiques et chimiques

L’ASTF propose à ses membres toute une série de mesures visant à évaluer la qualité de l’environnement de travail. Ces mesures concernent autant les paramètres physiques que chimiques. 

1 - Paramètres physiques

Le bien-être au travail dépend de nombreux facteurs, l’un d’entre eux est le confort thermique. Différents paramètres permettent de l’évaluer :

  • La température ambiante
  • L’humidité relative
  • La vélocité de l’air
  • Le rayonnement thermique

Ces 4 paramètres s’interprètent en fonction de la charge physique du travail à effectuer et de la tenue vestimentaire.
Pour être en état de confort thermique, une personne doit porter une quantité raisonnable de vêtements sans avoir ni trop chaud ni trop froid. Le confort thermique est important tant pour le bien-être de la personne que pour assurer sa productivité. Il peut être atteint seulement lorsque la température, l’humidité et le mouvement de l’air se situent à l’intérieur des limites de ce qu’on appelle la « zone de confort ».
Il est important, dans les bureaux de maintenir des conditions de température stables. Un écart par rapport à la zone de confort, si petit soit-il, peut être une source de stress et affecter le rendement et la sécurité. Les travailleurs stressés sont moins tolérants face à des conditions inconfortables.

La température ambiante (°C)

Elle doit être stable au cours de la journée de travail.
L’inspection du travail et des mines (ITM) recommande des valeurs minimales et maximales (ITM-CL 53.1) :

  • la température minimale est de 20 °C pour les bureaux. La température minimale doit être atteinte avant chaque reprise de travail.
  • la température maximale des lieux de travail ne peut normalement pas dépasser 26°C pour des locaux climatisés.

La différence entre la température extérieure et la température intérieure des locaux soumis à une climatisation travaillant en régime de réfrigération ne peut pas dépasser 8°C sauf impératifs technologiques.
Certaines recommandations en vigueur pour les locaux climatisés préconisent qu’une température ambiante soit comprise entre 20 et 24 °C en hiver et entre 22 et 26 °C en été.

L’humidité relative (%)

L’ITM (ITM-CL 53.1) recommande que pour les locaux soumis à une ventilation artificielle, l’humidité relative de l’air dans les locaux de travail ne soit pas inférieure à 30% en régime normal.
Par ailleurs l’humidité relative ne peut pas dépasser certaines valeurs en fonction de la température ambiante :

Température °C

Humidité relative %

20

80

22

70

24

62

26

55

Dans les bureaux au Luxembourg, nous ne sommes presque jamais confronté à un air trop humide mais par contre beaucoup plus souvent à un problème d’air trop sec. Le taux d’humidité relative est très dépendant du taux extérieur. L’air extérieur est beaucoup plus sec en hiver qu’en été et le fait de réchauffer l’air extérieur entraîne une perte d’humidité supplémentaire.

Lorsque l’air ambiant est trop sec, des troubles peuvent apparaître chez des personnes sensibles, comme des irritations des muqueuses et de la peau (picotements des yeux, port des lentilles de contact gênant, gorge sèche, nez sec, démangeaisons de la peau, etc) et ainsi une plus grande sensibilité à d’éventuelles maladies principalement nez-gorge-oreilles et pulmonaires.

Vélocité de l’air (m/sec)

La mesure de la vélocité de l’air pour un travail sédentaire dans un bureau devrait être inférieure à 0.15 m/s. Des vélocités supérieures à cette valeur sont perçues comme des courants d’air et sont donc à éviter.
Une vélocité importante de l’air va entraîner une perte de température corporelle par le mécanisme de convection. La personne aura froid même si la température de l’air ambiant est correcte.

Rayonnement thermique

Une différence marquée des températures des surfaces autour d’une personne, ou encore le rayonnement direct du soleil, favorise des échanges asymétriques par rayonnement avec certaines parties du corps. Par exemple, une fenêtre froide ou un plafond chaud peuvent produire un effet de refroidissement ou d’échauffement d’une partie du corps seulement qui peut être source d’inconfort.
La température de rayonnement peut être évaluée indirectement grâce à un thermomètre à globe noir.

2 - Paramètres chimiques

Pour un travail de bureau, on retiendra principalement 3 facteurs :

Le taux de dioxyde de carbone (ppm)

Cette mesure permet de juger si le renouvellement de l’air est suffisant sur un lieu de travail.
Dans un bureau, les principales sources de dégagement de CO2 sont l’air expiré par les employés, mais aussi la fumée de cigarettes (normalement plus rencontré sur le lieu de travail) et les gaz d’échappement (si fenêtres ouvertes sur une artère à grande circulation par exemple).
Des concentrations élevées de CO2 sont à l’origine de maux de tête, de fatigue, de difficulté de concentration.
On estime que le renouvellement d’air est satisfaisant si le taux de CO2 mesuré n’excède pas 800 à 1000 ppm.

Le taux de formaldéhyde (ppm)

Le formaldéhyde est une substance gazeuse, d’odeur âcre à température ambiante, et irritante pour les yeux et les voies respiratoires. Il peut également provoquer des réactions allergiques.
En raison de ses multiples utilisations, le formaldéhyde peut être présent dans des bureaux ou des locaux d’habitation. Les sources de formaldéhyde peuvent être dans les meubles, les revêtements muraux, les boiseries, les panneaux de particules, les contre-plaqués, les désinfectants et les produits de nettoyage, les cosmétiques et la fumée de tabac. Le formaldéhyde peut même se dégager des vêtements.
Dans les locaux intérieurs, la concentration de formaldéhyde ne devrait pas dépasser 0.1 ppm (0.1 partie par million).
Les principaux symptômes engendrés par une concentration trop élevée de formaldéhyde sont une irritation des muqueuses et des voies respiratoires, ainsi que des manifestations allergiques.

La présence de composés organiques volatiles (COV)

En général les concentrations en COV sont faibles dans les bureaux, toutefois après des transformations ou des travaux de rénovation, la concentration peut être plus élevée.
Les sources de COV sont très diverses.
Leur présence peut être évaluée de manière qualitative et quantitative par une analyse chimique d’absorption durant 14 jours.
Les effets toxiques des COV sont variables selon les composés retrouvés et leur concentration. Des irritations de la peau, des muqueuses, de l’arbre bronchique ainsi que des céphalées sont possibles.

Tableau récapitulatif :

Paramètres mesurés

Valeurs recommandées

Température ambiante

20-26 °C

Humidité relative

30-60%

Vélocité de l’air

<0.15 m/sec

Taux de CO2

<800-1000 ppm

Pour plus de renseignements ou pour bénéficier des mesures, n’hésitez pas à nous contacter.