Accueil > Ergonomie

Obligations de l’employeur en matière d’ergonomie

L’employeur est tenu par le règlement grand-ducal du 4 novembre 1994 de fournir les outils de travail appropriés pour la tâche à fournir afin de garantir la santé et la sécurité des travailleurs. Le texte officiel définit toute une liste de critères auxquels doivent correspondre le mobilier de bureau et l’équipement électronique. L’ ASTF en tant que conseiller de l’employeur propose des conseils ergonomiques sous différentes formes.

Conseils individuels

L’ASTF peut réaliser une étude de poste de travail et donner des conseils ergonomiques d’aménagement.
Cette étude pourrait être bénéfique pour tout salarié, mais elle est particulièrement recommandée chez les personnes présentant des douleurs de dos, de nuque, des tendinites…

Dans ce contexte, une bonne position de travail est indispensable et peut faire régresser les symptômes. Il faut s’assurer de la bonne position face à l’écran, d’un bon réglage de la chaise, de la bonne disposition des outils de travail, de la position par rapport aux sources lumineuses…
Ainsi la position à son poste de travail est à considérer dans sa globalité et la prévention d’attitudes vicieuses est capitale pour la santé et le bien-être au travail.

Formation ergonomique collective

L’ASTF propose une formation ergonomique collective qui peut être adaptée à chaque entreprise. Elle dure en moyenne 1H30 à 2h00 et comprend dans sa forme habituelle 3 étapes :

  • Formation théorique pour un groupe d’une vingtaine de personnes au cours de laquelle sont exposées les notions de base en ergonomie et leur mise en application pratique. Des notions d’anatomie sont abordées afin de bien comprendre l’utilité des réglages.
  • Exercices pratiques de détente musculaire réalisables facilement au bureau, expliqués par un entraîneur sportif professionnel.
  • Conseils personnels sur le poste de travail de chaque salarié le désirant. Les salariés effectuent dans un premier temps eux-mêmes les réglages sur leur poste de travail car il est important que la démarche ergonomique soit active. Ensuite s’ ils le désirent, les personnes de l’ASTF peuvent vérifier que ces réglages soient optimaux et préciser les points à améliorer.

Analyse qualité de l’air

Des plaintes concernant l’air ambiant, que ce soit la température, la sécheresse de l’air ou la présence de courants d’air peuvent être formulées par les salariés.
Afin d’évaluer un éventuel dysfonctionnement du conditionnement de l’air, des mesures objectives peuvent être réalisées grâce à un appareil calibré.
Ces mesures peuvent être ponctuelles ou pour certaines être réalisées toutes les 5 minutes durant 24 heures.
On mesurera principalement :

  • La température de l’air
  • L’humidité relative
  • La vélocité de l’air (présence de courant d’air)
  • Le taux de dioxyde de carbone (CO2) qui reflète le bon renouvellement de l’air
  • La présence de formaldéhyde (substance irritante et allergisante)
  • La recherche de composés organiques volatils (COV)

D’autre mesures peuvent être réalisées en cas d’exposition spécifique.

Analyse éclairage

Afin de réduire la fatigue visuelle, un bon niveau d’éclairage est capital. L’intensité lumineuse doit être suffisante sans être à l’origine d’un éblouissement. Les reflets doivent être évités.
L’analyse de l’éclairage peut faire l’objet d’une étude spécifique au cours de laquelle un luxmètre peut être utilisé.

Conseils sur plan

Il faut toujours privilégier l’ergonomie de conception. Il est plus facile de prévoir dès le départ un aménagement ergonomique que de tenter ensuite de rectifier ce qui n’est pas conforme.
L’architecte d’intérieur de l’ASTF peut vous aider dans ce travail.